Une attaque DDoS massive a mis hors ligne les sites Web du gouvernement israélienUn certain nombre de sites Web appartenant au gouvernement israélien ont été abattus lors d’une attaque par déni de service distribué (DDoS) lundi, rendant les portails inaccessibles pendant une courte période.

« Au cours des dernières heures, une attaque DDoS contre un fournisseur de communication a été identifiée », a déclaré la Direction nationale israélienne de la cybersécurité (INCD) dans un tweet. « En conséquence, l’accès à plusieurs sites Web, dont des sites gouvernementaux, a été refusé pendant une courte période. À ce jour, tous les sites Web ont repris une activité normale. »

Une attaque par déni de service distribué est une tentative malveillante d’entraver le trafic normal d’un serveur ou d’un service ciblé en submergeant la victime et son infrastructure environnante avec un flot de trafic Internet indésirable en exploitant les ordinateurs compromis et les appareils IoT comme sources de trafic d’attaque. .

Le développement intervient après que le chien de garde Internet NetBlocks a signalé des « perturbations importantes » enregistrées sur plusieurs réseaux fournis par les fournisseurs de télécommunications israéliens Bezeq et Cellcom.

L’INCD n’a pas attribué les attaques à un acteur menaçant spécifique, mais le Jerusalem Post a fait allusion à la possibilité que l’incident ait pu être l’œuvre d’un groupe de hackers affilié à l’Iran en représailles à une prétendue tentative de sabotage de l’usine d’enrichissement nucléaire de Fordow.

Ce n’est pas la première fois que des attaques DDoS sont lancées contre l’infrastructure informatique du gouvernement, avec la guerre russo-ukrainienne en cours ouvrant la voie à une série de campagnes d’attaques DDoS « tit-for-tat » des deux côtés.

En plus de cela, une vulnérabilité dans les systèmes de collaboration Mitel MiCollab et MiVoice Business Express a récemment été militarisée pour mener des attaques par déni de service distribué (DDoS) soutenues pendant jusqu’à 14 heures avec un taux d’amplification record de 4,3 milliards pour 1 .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *